Kupka, František

  • Étude pour « Equation des bleus en mouvement, c.1930
    Gouache et aquarelle sur papier
    31,2 x 30,5 cm

  • Machinisme, 1928-1930
    gouache sur papier
    30.5 x 32.5 cm

  • Etude pour Autour d'un point, c.1920-1924
    Gouache et aquarelle sur papier
    21,5 x 21,5 cm

  • Etude pour Machines, 1928
    Gouache et aquarelle sur papier
    27 x 27.5 cm

  • Etude pour "Jazz Hot", 1930 - 1935
    Gouache et aquarelle sur papier
    17 x 25.6 cm

  • Sans titre (Plans), 1930 - 1935
    Gouache sur papier
    27 x 30.2 cm

  • Composition blanche et noire, 18/08/2015
    Gouache sur papier
    17,6 x 19 cm

  • Etude pour Amorpha. Fugue à deux couleurs, 2015
    Pastel sur papier
    32 x 29 cm

  • Formes animées, 18/08/2015
    Gouache sur papier
    33 x 25 cm

  • Etude pour Amorpha, 18/08/2015
    Gouache sur papier
    17.8 x 18.7 cm

  • Etude pour Autour d'un point, 18/08/2015
    Gouache et aquarelle sur papier
    28 x 27,5 cm

  • Florale, 18/08/2015
    Pastel sur papier
    17.7 x 25.8 cm

  • Opéra, 1920
    Aquarelle sur papier
    23 x 23.2 cm

  • Etude pour Plans minuscules
    Aquarelle sur papier
    24,8 x 20 cm

  • Etude pour Circulaires et rectilignes, c.1930-1935
    Gouache et aquarelle sur papier
    29 x 21.2 cm

1871 1957 : Né au moment de la guerre franco-prussienne, Frantisek Kupka étudie de 1889 à 1892 à l’Académie des Beaux-Arts de Prague. Il peint alors des toiles à thème historique ou patriotique. Il poursuit ensuite ses études à Vienne, et s’initie à la théosophie et à la philosophie orientale. En 1896 le peintre s’installe à Paris, où il s’inscrit aux cours de l’Académie Julian et de l’Ecole des Beaux-Arts. Il gagne sa vie comme illustrateur et affichiste, et se fait connaître comme dessinateur satiriste pour des revues comme L’Assiette au Beurre. Exposant ses toiles au Salon d’Automne, Kupka développe un style personnel, fondé sur un emploi arbitraire des couleurs. En 1909 il est profondément impressionné par le manifeste futuriste publié dans le Figaro. Sa toile Les Touches de piano — Le Lac marque une rupture : son travail s’oriente résolument vers l’abstraction, en associant mouvement, couleur et musique. Peu de temps après, Kupka expose au Salon des Indépendants avec les peintres cubistes, bien qu’il ne veuille être assimilé à aucun mouvement. Le terme d’« orphisme » est créé par Guillaume Apollinaire en référence à ses compositions circulaires (Les Disques de Newton), similaires à celles de Robert Delaunay, mais Kupka n’adhère pas non plus à ce concept. Après la guerre, à laquelle Kupka participe au sein des rangs français, le peintre reprend plusieurs toiles laissées inachevées, et amorce de nouvelles recherches vers une peinture plus figurative. Dans les années 1920, il poursuit ses recherches sur la lumière et le mouvement, et au début des années 1930, est l’un des membres-fondateurs du groupe « Abstraction-Création », créé en opposition à la peinture de la Nouvelle Objectivité allemande et au surréalisme. Il évolue vers une peinture en noir et blanc, strictement orthogonale. Son œuvre sera plus amplement reconnue après la guerre. Il meurt à Puteaux le 24 juin 1957.

ÉDITIONS

octobre 24, 2017 / EDITION 12